Quels enseignements après un mois au Conseil du GNSO?

by Stephane Van Gelder on December 16, 2008

Depuis maintenant un peu plus de 30 jours, je suis au Conseil du GNSO. Que signifient ces quatre lettres ? Le “Generic Names Supporting Organization” est une des structures clefs de l’ICANN, puisqu’elle est en charge de l’élaboration des politiques liées aux extensions génériques. Le GNSO rassemble deux principaux groupes : les entités liées par contrat avec l’ICANN (les registres et les registrars) et celles qui n’ont pas ce type de liens contractuels (les fournisseurs d’accès à Internet (FAI), les utilisateurs commerciaux, et non commerciaux, et le secteur de la propriété industrielle).

Toutes ces entités sont regroupées en collèges afin de leur donner une représentation officielle au sein de l’ICANN.

La pyramide organisationnelle de l’ICANN est ainsi faite : les collèges remontent vers des “organismes de soutien (le “SO”)” comme le GNSO (il y en a deux autres : le ccNSO regroupe les gestionnaires d’extensions nationales et l’ASO les registres d’adresses IP régionaux). Comme leur nom l’indique, ces organismes servent de soutien direct au Conseil d’administration de l’ICANN.

Un exemple concret : le programme des nouvelles extensions. Depuis plusieurs années, ces grandes lignes ont été développées par le GNSO. Une fois prêtes, elles ont été présentées au Conseil d’administration. En juin 2008, lors de la réunion internationale de Paris, il les approuvé. Depuis, les équipes de l’ICANN travaillent avec le GNSO et le reste de la communauté pour en peaufiner les modalités d’application.

Le GNSO est donc actuellement sous les feux de la rampe et c’est une période très intéressante pour rejoindre son Conseil. J’y ai été élu par le collège des registrars pour remplacer Tom Keller, en fin de mandat. Le collège des registrars a trois représentants au Conseil, un pour l’Asie Pacifique (Adrian Kinderis), un pour l’Amérique du Nord (Tim Ruiz) et un pour l’Europe (moi). Mon mandat, de deux ans, a commencé juste après la réunion internationale du Caire.

Alors qu’ai-je vu ou appris depuis un mois ?

En une phrase : être au Conseil du GNSO, c’est une charge de travail incroyable et une implication de tout instant. Il est sans doute utile de rappeler que les conseillers du GNSO sont des volontaires non rémunérés. Chacun a une vie professionnelle (et accessoirement personnelle) en dehors de l’ICANN. Bien souvent, ce sont leurs employeurs qui supportent la charge financière du travail qu’ils réalisent pour le GNSO, y compris les voyages.

Bien entendu, le temps que ces conseillers passent à s’occuper du GNSO est autant de temps qu’ils ne donnent pas à leurs employeurs. De combien de temps parle-t-on ? J’ai voulu l’évaluer “au doigt mouillé”, juste pour me faire une idée. En un mois, c’est un petit millier d’emails dans ma boîte de réception en rapport avec le GNSO. Disons 10 minutes de traitement par email en moyenne, cela donne presque 7 jours de travail ! Voilà qui s’ajoute à ma fonction “officielle”, celle de gérer l’entreprise dont je suis l’un des fondateurs.

Mais lire des emails ne suffit pas. Il faut aussi comprendre les très nombreux sujets sur lesquels l’ICANN et sa communauté se penchent. Car pour être efficace et prendre les bonnes décisions, un conseiller se doit non seulement de maîtriser les dossiers directement en rapport avec son propre “SO”, mais aussi ceux des autres. Jetez un rapide coup d’œil à la une du site de l’ICANN et vous verrez parmi les sujets en cours : les relations registres/registrars, les nouveaux TLDs, les IDNs, le WHOIS, les activités du NomCom ou encore le plan stratégique de l’ICANN !

Il y a aussi les comités et groupes de travail sur lesquels un conseiller peut se retrouver. Un exemple rapide : une réforme importante du GNSO est en cours. Pour la mener à bien, deux comités de pilotages ont été créés. Je représente le collège des registrars sur l’un d’entre eux, l’OSC (pour “Operations Steering Committee”). A la clef, une réunion téléphonique de deux heures toute les semaines, un plan d’action à construire, des groupes de travail à constituer… tout cela s’ajoutant déjà aux réunions téléphoniques du Conseil, du bureau exécutif du collège des registrars, des séances d’information organisées par le GNSO ou l’ICANN directement…

Mais être au Conseil du GNSO ce n’est pas que du temps passé en réunions. C’est aussi être au contact de personnes dont le niveau de connaissance et de compréhension des processus de l’ICANN est tout simplement époustouflant. Alors que j’ai encore du mal ne serait-ce qu’à comprendre les règles de fonctionnement du Conseil, je suis entouré de personnes qui maîtrisent le moindre détail de dossiers allant du contrat des registrars ICANN aux règles d’application des régions géographiques utilisées pour nommer les nouveaux membres du Conseil d’administration.

Il y a là de quoi être impressionné, voir même intimidé.

Alors qu’ai-je appris en un mois au Conseil du GNSO ? Pour résumer : à respecter toujours plus ceux qui, dans toutes les différentes structures de l’ICANN, du plus petit groupe de travail jusqu’au Conseil d’administration, donnent sans compter pour faire avancer l’Internet.

{ 5 comments… read them below or add one }

Gratien 03.23.09 at 7:24 am

Bonjour,

Je suis surpris de voir que le blog n’est pas vraiment à jour. Par exemple, la rencontre de l’ICANN à Mexico City, dont notre journal avait annoncé la tenue, n’est pas repercurtée sur le blog. Et surtout, l’essentiel des documents de l’ICANN est en anglais, même sur la version française de votre blog. Comme pour confirmer les propos de ceux qui disent que la place des francophones est très exigue sur le web. Mais ce n’est pas cela ma préoccupation. Je tenais juste à prendre contact avec vous et à vous exprimer mon intérêt à mieux connaître l’ICANN pour mieux faire connaître son travail.

A. Bergues 04.15.09 at 1:50 pm

L’anglais reste une langue universelle :)

Anthony 05.13.09 at 1:11 pm

Tu es un peu dur, c’est déjà pas mal que l’icann communique aussi bien sur ces actions.

Easter 10.12.09 at 3:14 am

Francisco 01.12.10 at 4:21 am

Merci pour le partage.

Leave a Comment

You can use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image